CHRONIQUES

Le fil de l’Histoire raconté par Ariane & Nino: Louis XIV- Le Roi-Soleil – Fabrice Erre et Sylvain Savoia

« Le fil de l’Histoire raconté par Ariane & Nino ou comment apprendre l’Histoire en s’amusant? »

9782390340102-couv-M800x1600

Auteurs: Scénario: Fabrice Erre & Dessins: Sylvain Savoia
Editions: Dupuis
Date de publication: 29 Juin 2018
Nombres de pages: 44
Prix: 5.90€
Synopsis: Il est le monarque absolu, le souverain français le plus connu et le plus influent du Grand Siècle : Louis XIV, le « Roi Soleil ». Encore aujourd’hui, son aura est symbole d’âge d’or, mais qui était-il derrière les dorures et sa réputation de patron des arts ? 
De Versailles à l’Autriche, explorez l’un des règnes les plus longs et les plus fastueux d’Europe. S’inviter dans l’Histoire pour en raconter les grands moments incontournables, voilà le parti pris d’Ariane et Nino. Avec humour et pédagogie, les jeunes lecteurs en apprendront autant que leurs aînés ! 

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les Editions Dupuis de m’avoir fait parvenir cette bande dessinée. Je vous avoue que je ne connaissais pas du tout la série Ariane & Nino et je l’ai découverte grâce à ce tome. Etant une passionnée d’Histoire et notamment du règne de Louis XIV, je ne pouvais pas passé à côté de ce tome et j’étais curieuse de savoir comment son règne pouvait être raconter en B.D. jeunesse. Je me suis donc lancée dans sa lecture et me suis replongée avec joie dans le règne du Roi-Soleil.
Dans ce tome, nous allons rencontrer Ariane & Nino jusque là vous allez me dire que je ne vous apprends pas grand chose mais je vais quand même tenter de vous les présenter un peu mieux, nous avons donc Ariane, la grande soeur de Nino qui est une passionnée d’Histoire et Nino son petit frère qui est très curieux de nature et un brin malicieux.
Nous commençons donc ce tome alors que Nino a attrapé la fève en mangeant la galette des rois en compagnie de ces parents et sa grande soeur Ariane, comme il porte la couronne des rois, il pense qu’il peut faire tout ce qu’il veut. Sa soeur lui explique qu’il ne suffit pas de porter une couronne pour avoir le pouvoir absolu et c’est là qu’ensemble ils vont explorer, le règne l’un des rois les plus puissant de l’Histoire: Louis XIV.
Les dessins et le scénario sont adaptés à un jeune public, on y aborde les évènements et les dates les plus importantes du règne de Louis XIV. Les explications sont faciles à comprendre, le tout fait avec un brin d’humour. A la fin du tome, on y retrouve des annexes qui permettent si on le souhaite d’approfondir le sujet traité.
En conclusion, « Le fil de l’Histoire raconté par Ariane & Nino » est une manière ludique et amusante d’apprendre l’Histoire aussi bien aux enfants qu’aux adultes pour tester notre culture générale. Je ne vous ai parlé que de ce tome parce que c’est celui qui est en ma possession mais cette collection compte plus d’une dizaine de tome, sur divers évènements ou personnages historiques. Ce tome fut pour moi une belle découverte, que je vous recommande. 

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

Publicités
CHRONIQUES

Aubépine – Tome 1: Le Génie Saligaud – Karensac & Thom Pico

« Venez suivre les aventures d’Aubépine, vous ne le regrettez pas »

9782800173795-couv-M800x1600

Auteurs: Karensac & Thom Pico
Editions: Dupuis
Date de publication: 6 Avril 2018
Nombres de pages: 104
Prix: 9.90€
Synopsis: Entre les montagnes, dans une vallée perdue que la civilisation n’a pas encore pu trop atteindre, tous les quinze ans, une grande migration d’oiseaux gigantesques ravage tout sur son passage, et surtout le petit village en bordure de la vallée. C’est dans ce village qu’Aubépine se voit contrainte de suivre ses parents, afin que sa mère, une éminente scientifique, puisse endiguer la nouvelle migration.

Seulement voilà, Aubépine est une citadine, et le changement brutal d’environnement ne lui plaît guère. Elle se retrouve malgré elle à vagabonder dans la montagne, où elle fera notamment la rencontre d’une mystérieuse bergère, d’un petit chiot qui devra lui servir de compagnon autant que de gardien, et surtout d’un génie ancestral perdu au fond de la forêt: le Génie Saligaud.

 

Mon avis

Je souhaite dans un premier temps remercier, les Editions Dupuis de m’avoir envoyé cette bande déssinée. La couverture et son titre m’ont fortement intrigués, j’ai donc souhaité en découvrir l’univers et je ne suis pas déçue par cette belle découverte.
Nous allons rencontrer dans cette histoire, Aubépine, une petite fille qui va emménager avec ces parents dans la montagne car sa maman est ornithologue. Le problème est que des grands oiseaux migrent toujours dans cette région à la même période de l’année depuis plusieurs générations et détruisent tout sur leurs passages, c’est pour réssoudre ce problème que sa mère a été engagé là bas. Aubépine s’ennuie et espère que ce déménagement n’est que temporaire. Se retrouver dans un endroit peupler essentiellement de personnes agés, où la connexion Internet est plus que lente et où il n’y pas de jeux pour une petite fille ce n’est pas la joie. Un jour, Aubépine va partir se balader en fôret et rencontrer une étrange bergère qui va lui faire cadeau d’un chien des montagnes, des lors les deux compagnons ne se quitteront plus et vont former un duo de choc pour le meilleur mais aussi pour le pire. Ils vont rencontrer sur leur chemin, le Génie Saligaud qui va proposer à Aubépine de faire trois voeux… Il faut toujours faire attention à ce qu’on souhaite et aux conséquence que cela peut avoir…
Cette bande dessinée respire la joie de vivre et la fraicheur, l’histoire est bien amenée et vraiment immersive. Les dessins sont très jolis et les couleurs s’harmonisent bien entre elles en fonction des évènements ou des émotions des personnages. 
Aubépine est une petite fille attachante et débrouillarde, elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense, quitte à ce que ça ne plaise pas toujours à son entourage. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle ne manque pas de caractère, ce qui pourrait nous réserver bien des surprises pour la suite de ses aventures.
En conclusion, « Aubépine – Le Génie Saligaud » est un premier tome réussi, les dessins et le scénario s’accordent très bien. C’est une bande dessinée qui plaira aux petits et aux grands. Je n’ai qu’une hâte c’est de lire le deuxième tome. Ne passez pas à côté des aventures d’Aubépine. 

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

CHRONIQUES

Télémaque- Tome 1: A la recherche d’Ulysse – Kid Toussaint & Kenny Ruiz

« Plonger au coeur de la mythololgie grec en compagnie de Télémaque, fils du célèbre héros Ulysse »

9782800173597-couv-M800x1600

Auteurs: Kid Toussaint & Kenny Ruiz
Editions: Dupuis
Date de publication: 2 Mars 2018
Nombres de pages: 56
Prix: 9.90€
Synopsis: Plus de dix ans après le départ d’Ulysse à la guerre de Troie, Télémaque, son fils, s’impatiente et décide de partir à sa recherche. Il faut dire que désormais, le temps presse : à défaut d’avoir retrouvé le corps de son père, Télémaque ne pourra pas accéder au trône d’Ithaque à sa majorité. Pire, sa mère sera obligée d’épouser un prétendant qui deviendra le nouveau roi de l’île. Plus inquiétant encore, il se murmure que Néoptolème, fils d’Achille, roi de Phthie et véritable psychopathe, a levé une armée pour envahir Ithaque et d’autres territoires de l’alliance achéenne.

 

Mon avis

Je souhaite remercier très chaleureusement les Editions Dupuis de m’avoir fait parvenir cette bande dessinée. Ce qui m’a tout d’abord intéréssée à cette histoire, c’est son titre. Qui n’a jamais entendu parlé de Télémaque, Pénélope et Ulysse, l’un des plus célèbres héros de la mythologie grecs. Comme ce thème m’intéressait, j’ai souhaité découvrir ce premier tome et je dois dire que j’ai passé un très bon moment de lecture.
L’intrigue commence dix ans après qu’Ulysse soit partie pour la guerre de Troie et il n’est toujours pas rentré auprès des siens à Ithaque. La guerre se rapproche et ni Pénélope la femme d’Ulysse, ni son fils Télémaque ne peuvent y faire face. Pénélope songe a se remarier mais cette nouvelle ne plait pas à Télémaque qui décide de s’enfuir pour retrouver son père qui a disparu. Sur sa route, il va rencontrer de nouveaux amis qui vont l’aider dans cette mission qui ne s’annonce pas de tout repos.
Les personnages sont aussi intéressants qu’ils sont différents, nous avons tout d’abord Télémaque le fils d’Ulysse, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne ressemble pas à son père en ce qui concerne l’intelligence, il est un peu idiot, il est plutôt du genre à agir qu’à réfléchir et les situations dans lequelles il se met nous prête à rire, ensuite nous avons Polycaste, jeune fille belle et intelligente, qui décide d’accompagner Télémaque dans ces aventures pour fuir un mariage arrangé, nous rencontrerons ensuite Zéphyr, personnage intéressant dont on ne connait pas vraiment les véritables intentions et enfin Personne, un jeune cyclope qui n’est pas aussi stupide qu’on pourrait le croire et qui aura sans doute beaucoup de chose à apprendre à ses nouveaux compagnons de route.
En conclusion, « Télémaque: A la recherche d’Ulysse » est un très bon tome d’introduction, il nous permet de mettre l’histoire en place et les personnages. Il me tarde de découvrir le second tome à sa sortie et de me replonger dans cet univers.

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

 

CHRONIQUES

Let’s be a family – Tomo Kurahashi

« Etre une famille ce n’est pas seulement les liens du sang mais ça peut-être aussi les liens du coeur. »

 

Let's be a family

Auteur: Tomo Kurahashi
Edition: Taifu Comics
Date de publication: 22 Mars 2018
Nombres de pages: 192
Prix: 8.99€
Synopsis: En couple depuis huit ans, Kazume et Chiasa vont se voir confier le bébé de leur amie d’enfance, incapable d’assumer sa maternité. Dès lors, une nouvelle vie commence pour nos deux nouveaux papas de substitution. Se découvriront-ils des instincts maternelles ? Une chose est sûre, leur quotidien ne sera plus le même. Les joies de la vie de famille résonneront désormais entre leurs murs !

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier très chaleureusement les Editions Taifu Comics de m’avoir fait parvenir ce manga. M’étant mise depuis peu à la lecture du genre Yaoi ou « boys love » comme on appelle communément ce genre de manga, j’ai tout de suite été un intrigué par son titre, sa couverture et quand j’ai sa quatrième de couverture, j’ai eu très envie de le découvrir et je ne regrette pas mon choix car j’ai passé un sublime moment de lecture.
Nous allons découvrir dans ce manga, l’histoire de Kazuma et Chiaki en couple depuis plusieurs années, un jour leur amie d’enfance Tomoe qu’ils considérent presque comme une soeur pour eux va les contacter et ils vont la découvrir enceinte de plusieurs mois déjà. Tomoe va donner naissance à une petite fille qu’elle prénommera Ayumi. Un an plus tard, Tomoe reprend son travail de journaliste de guerre et ne peut pas emmener sa fille avec elle car se ne sont pas des endroits sûr et bien trop dangereux pour un enfant. Elle en confie donc la garde de sa fille à Kazuma et Chiaki, c’est alors que malgré eux, ils vont devenir les pères de substitution pour Ayumi. A partir de ce moment là, leurs vies va être totalement chamboulées.
Let’s be a family aborde l’homoparentalité de manière réaliste, ce n’est pas un manga qui est là pour embéllir les choses mais bien pour aborder les difficultés de la vie quotidienne que peuvent rencontrer les parents. Kazuma et Chiaki ne s’attendaient pas à devenir un jour parents pourtant malgré cette belle surprise que leur à reserver leur amie Tomoe et la responsabilité que cela implique, ils vont s’unir et tenter de donner à Ayumi un vrai cadre familiale et prendre soin d’elle. Les erreurs ne manqueront pas mais en tant que parents qui n’en fait pas? Bien sur des différents arriveront entre Kazuma et Chiaki mais qui ne seront que de passages car entre eux il y a beaucoup d’amour. Leur priorité est le bien-être d’Ayumi, ils vont finir par devenir de vrais papas poules et c’est vraiment touchant de les voir ainsi former une famille heureuse et unie.
On y aborde également le thème de l’homosexualité, le poids du regard des autres et notamment quand on élève un enfant en étant en couple avec quelqu’un de même sexe, les jugements et les critiques ne manquent pas, de même que le regard que porte les autres enfants sur Ayumi qui a deux papas mais cette petite fille ne manque pas de ressource et c’est très bien se défendre seule sans que des adultes n’ai à intervenir. Quand ces petits camarades vont lui faire la remarque qu’il n’est pas normal d’avoir deux papas, sa réponse va en surprendre plus d’un pour la plus grande fierté de ses papas. Quoi qu’il arrive et quoi que puisse penser le reste du monde, ils forment une famille et personne ne peut le leur enlever. 
Ces thèmes sont abordés avec douceur, de manière touchante. On y voit l’importance du lien familial et de l’acceptation. L’amitié y tient également une place très importante, malgré leurs différences de caractères Tomoe, Chiaki et Kazuma ont un lien très fort qui les unit et ils seront toujours là les uns pour les autres. Ayumi va s’épanouir et grandir au sein d’une famille qui l’aime et où chacun à trouver sa place. 
En conclusion, « Let’s be a family » est un très bon manga. Les dessins sont très délicats, jolis et profonds. Ils reflètent bien les émotions et les sentiments des personnages, il y a certaines scènes érotiques, qui ne sont pas poussés à l’extrème mais ce manga est quand même destiné à un public averti. Ce Yaoi m’a touché et je ne peux que vous le recommander que vous soyez adepte de ce genre de manga ou non. On ne peut pas rester indifférent à cette magnifique histoire. 
Pour moi c’est un coup de coeur.

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici

 

 

 

 

 

CHRONIQUES

Magnifica – Maria Rosaria Valentini

« Elle ne comprit ni ses paroles ni ses gestes. Mais elle sut clairement__à cet instant et pour toujours__qu’il n’y a pas de mal, pas de honte, pas de danger, pas d’injonction ni de jugement quand on aime. »

51fgjQSs1wL._SX195_

Auteure: Maria Rosaria Valentini
Editions: Denoel 
Date de publication: 23 Août 2018
Nombres de pages: 310
Prix: 21.00€
Synopsis: Années 50. Dans un petit village des Abruzzes. 
La jeune Ada Maria est la fille d’un couple sans amour. Son père, Aniceto, passe le plus clair de son temps avec Teresina, sa maîtresse, ou enfermé dans son atelier de taxidermiste. Eufrasia se contente d’être mère et de noyer sa fragilité dans les soins qu’elle apporte à ses enfants.
Lorsqu’elle meurt prématurément, Teresina prend peu à peu sa place dans la maison. La jeune Ada Maria s’occupe alors de son frère en s’efforçant d’ignorer Teresina. C’est pourtant dans ce quotidien en dehors du temps, rythmé par la couleur des frondaisons, la succession des naissances et des deuils, que l’Histoire fait un jour irruption. Dans un bois avoisinant le village, Ada Maria aperçoit un jour une ombre. Il s’agit d’un homme, hagard, désorienté, il n’a jamais quitté la cabane où il s’est réfugié à la fin de la guerre. Il est allemand. Les deux êtres vont se rapprocher. De cet amour naîtra une petite fille aux yeux clairs et à la peau diaphane, Magnifica, changeant à tout jamais le destin tranquille auquel Ada Maria se croyait cantonnée. 

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier très chaleureusement les Editions Denoel de m’avoir fait parvenir ce roman. Je vous avoue que ce que m’a fait tout d’abord m’intéresser à cet ouvrage, c’est cette sublime couverture et son titre quelque peu intriguant, ensuite en lisant la quatrième de couverture, cela m’a donné davantage envie de découvrir cette histoire ainsi que la plume de son auteure que je ne connaissais pas et je dois dire que je ne suis absolument pas déçue de cette jolie découverte.
Dans cette histoire, nous allons faire la connaissance dans les années 50, de la jeune Ada Maria qui vit dans un petit village des Abruzzes en Italie, fille ainé d’un couple sans amour, elle s’occupe de son petit frère, de sa mère, de la maison. Son père est souvent absent du domicile familiale, soit parti pour la chasse, soit auprès de sa maitresse Teresina qui vit également dans le village. Un jour, Ada Maria va perdre sa mère, suite à son dèces, son père partira s’installer avec Teresina, les laissant seuls dans la maison son frère et elle. Quelques années plus tard, dans la forêt, elle fera la rencontre d’un homme, un allemand, qui semble s’être caché là depuis la fin de la guerre. Au début, elle en a peur, son apparence ne lui donne pas envie de s’approcher de lui, elle décidera malgré cette crainte de lui apporter, de l’eau, de la nourriture, des vêtements propres et au fils des jours, petit à petit, ils finiront par s’apprivoiser et s’aimer. De cette amour naitra une magnifique petite fille, qu’Ada Maria appellera Magnifica…
En me plongeant dans cette histoire, je n’imaginais pas la profondeur de ce roman. La plume de l’auteure est captivante, poetique, délicate, tout en douceur. C’est agréable à lire et on ne peut qu’être ennivrer par ce récit. 
On y découvre, des personnages féminins forts et très intéressants, on va suivre Ada Maria pendant de nombreuses années, on va y découvrir les joies et les peines qui entourent le quotidien de cette famille, ainsi que celle du petit village. On ne peut que s’attacher à ses membres.
En conclusion, « Magnifica » est un roman remplie d’émotions, de sentiments, auquel on ne peut pas rester indifférent, l’auteure nous entraine ici dans ce qu’est la vie avec tout ce qu’elle comporte de bons ou de mauvais, l’importance des liens familiaux, l’entraide et la simplicité du quotidien dans une Italie, pleine de charmes et de saveurs. Cette histoire respire l’espoir et l’amour. Je ne peux que vous le recommander.
Pour moi, c’est un coup de coeur. 

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.