CHRONIQUES

Malenfer – 1. La forêt des ténébres de Cassandra O’Donnell, illustré par Makma

61tBIGH6dwL._SX195_

 

Auteur: Cassandra O’Donnell
Illustrateur: Studio Makma
Editions: Flammarion Jeunesse
Parution: 24 Janvier 2018
Nombres de pages: 48
Prix: 11.50€
Synopsis: Il y a un millénaire, le monde a été séparé entre les terres magiques et celles des humains. Traquées, les créatures surnaturelles se cachent désormais parmi les hommes…
Alors que la forêt maléfique de Malenfer se rapproche chaque jour davantage de la maison de Zoé et Gabriel, les visions de Zoé deviennent de plus en plus inquiétantes.
Gabriel saura-t-il reconnaître sa force et accepter son destin pour sauver sa sœur ?

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier très chaleureusement la maison d’édition Flammarion Jeunesse de m’avoir fait parvenir cette bande dessinnée. Ne connaissant pas l’auteure Cassandra O’Donnell, j’ai souhaité découvrir l’univers de Malenfer par le biais de l’adaptation du tome 1 de la série de roman sous forme de bande dessinée. J’ai tout de suite été attirée par sa couverture et par son résumé qui promet de belles aventures en perspective. J’ai vraiment apprécié ma découverte.
Nous allons retrouver ici, Zoé et Gabriel, qui vivent seuls en attendant le retour de leurs parents. Zoé n’est pas une fille ordinaire car elle a des visions et à cause de cela ses camarades de classes se moquent d’elle et la voient comme une fille étrange. Un jour, Zoé et ses amis se rendent compte qu’un monstre a élu domicile dans le lac qui se trouve prés de l’école et ne pouvant rester sans rien faire ils décident d’intervenir. Cette aventure leurs réservent bien des surprises…
Le scénario de Cassandra O’Donnell est assez prenant, on rentre très vite dans le vif du sujet et plus on avance dans la lecture, plus on veut connaitre la suite des aventures de Zoé, Gabriel et leurs amis. Le studio Makma a vraiment fait un travail superbe sur les illustrations, les planches sont très agréables a regarder.
Au début et à la fin de la bande dessinnée, on trouve une carte du monde de Wallangar et nous avons également en début de BD, la présentation des différents personnages, pour moi c’est un plus tout à fait appréciable surtout pour les personnes qui comme moi ne connaissaient pas l’univers de Malenfer avant de me lancer dans cette lecture. Le lecteur n’est perdu à aucun moment.
En conclusion, »Malenfer, tome 1 – La forêt des ténébres », est une bande dessinnée que je vous invite fortement à découvrir que vous connaissiez ou non l’univers. Moi qui adore les récits d’aventures, je ne suis absolument pas déçue et j’ai hâte de connaitre la suite. Ce premier tome 1 est introductif, il nous présente les personnages et l’univers tout en nous mettant tout de suite au coeur de l’action. Que vous soyez ou pas amateurs de bandes déssinées, je ne peux que vous la recommandez tellement j’ai passé un bon moment en la lisant. Alors foncez!

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

 

 

 

 

CHRONIQUES

Un palais d’épines et de roses – Sarah J. Maas

« Ne regrettez jamais ce qui vous rend heureuse. »

Un-palais-d-epines-et-de-roses

Auteur: Sarah J. Maas
Editions: La Martinière Jeunesse
Parution: 9 Février 2017
Nombres de pages: 528
Prix: 18.90€
Synopsis: En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un FEn chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels. Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse. Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ? A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ? Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.ae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels. Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse. Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ? A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ? Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix.

 

Mon avis

J’ai fais la connaissance de ce roman, grâce à Jessica de la chaine Youtube JessLivraddict qui a eu un énorme coup de coeur pour cette saga. Moi qui adore les réecritures de contes et vu le bien qu’elle en disait, il n’en fallait pas plus pour me convaincre de sauter le pas et c’est ce que j’ai fais et je tiens à lui dire merci parce que ce livre a été une magnifique découverte pour moi, autant pour son auteure, que je ne connaissais pas que pour cet univers génial qu’il contient.
Nous allons suivre ici, une jeune femme nommée Feyre, vivant dans la misère avec son père et ses deux soeurs. Un jour, chassant dans les bois enneigés dans le but de nourrir sa famille, elle commet l’erreur irréparable de tuer un Fae, un être immortel, qu’elle a pris pour un loup. Le monde dans lequel vit Feyre est divisé en deux parties, la partie où vivent les mortels comme elle et de l’autre côté du mur la partie où vivent les immortels, les Fae. Aucunes des deux parties n’a le droit de pénetrer sur le royaume de l’autre. Cette règle fait partie de nombreuses autres lorsque qu’un pacte entre le monde des mortels et des immortels fut établi pour qu’ils puissent cohabiter en paix. Voulant venger la mort de son compatriote, Tamlin, un Grand Fae, traversera le mur dans le but que Feyre paye sa dette, une vie contre une vie, s’attendant à mourir Feyre se résigne à son sort sauf que Tamlin en fera sa prisonnière jusqu’à la fin de sa vie, n’ayant pas d’autre choix, elle acceptera de le suivre ne sachant pas ce qui l’attend à Prythian, le monde des immortels. Quelle sera sa suprise en se rendant compte que la prison où elle croyait vivre pour le restant de ses jours est en réalité un magnifique palais et que les personnes qui y vivent la traite bien. Plus le temps passe et plus Feyre se pose des questions, pourquoi Tamlin et les habitants de sa cour portent un masque? Pourquoi se comportent-ils ainsi avec elle? Feyre fera tout pour découvrir les secrets que tous veulent lui dissimuler.
La plume de Sarah J. Maas est fluide, très addictive, c’est le genre de roman que vous commencez et que vous n’arrivez plus à lacher tellement que vous voulez connaitre la suite. On rentre très vite dans le vif du sujet et c’est avec une grande facilité que l’auteure arrive à nous décrire son univers que l’on découvre avec enchantement. Les descriptions sont ici très bien dosées, il n’y a ni trop, ni pas assez, pas un seul instant durant la lecture on ne se sent perdu dans cet univers qui nous étaient jusqu’à lors inconnu. 
La relation entre Tamlin et Feyre va évoluer de façon subtile et délicate, l’intrigue amoureuse n’arrive pas « comme un cheveu sur la soupe », ils passent par beaucoup d’étapes avant d’en arriver là. Au fil du temps ils vont apprendre à se connaitre et à s’apprivoiser. Pour finir par se comprendre, se respecter et même s’aimer. 
Les autres personnages de l’histoire, que je vous laisserai découvrir en lisant ce roman, ne seront pas en reste. lls auront chacun leur passé et leur histoire. Certains seront plus importants que d’autres mais tous auront un combat à mener et différentes façon d’agir pour atteindre leur but. C’est ce qui fait la force de ce roman, il n’y a pas d’un côté les bons et les méchants, chaque personnage à sa part d’ombre et de lumière et il ne faut jamais se fier aux apparences…
Que dire de cette fin, si ce n’est que ça donne envie de découvrir le tome 2 et d’en dévorer chaque page. 
En conclusion, « Un palais d’épines et de roses » est une réecriture de « La Belle et La Bête » très réussie, s’il est vrai que la première partie du roman nous fait clairement penser au conte, la deuxième partie s’en éloigne vraiment et fait de l’univers créer par Sarah J. Maas un vrai petit bijou. Cette histoire nous fait passer par un panel d’émotions différentes tout au long de notre lecture. L’histoire est terriblement romantique avec des moments de tendresses qui ne pourront que vous touchez mais à également sa part sombre qui ne fait que rendre l’intrigue encore plus passionnante. Je ne peux que vous recommandez ce livre à 1000%, tellement je l’ai adoré.
Pour moi c’est un véritable coup de coeur.

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

 

 

CHRONIQUES

Izana, La Voleuse de visage – Daruma Matsuura

« Et si vous pouviez prendre l’apparence de n’importe qui… »

izana-voleuse-visage-lumen

Auteur: Daruma Matsuura
Editions: Lumen
Parution: 18 Mai 2017
Nombres de pages: 317
Prix: 15.00€
Synopsis: Dans le monde d’Izana, il y a le dedans et le dehors. Le dehors, c’est tout ce qui s’étend au-delà des murs de la maison : le soleil, les arbres, les autres… tout ce qu’elle n’a jamais vu autrement que dans ses livres ou à travers les carreaux. Car depuis sa naissance, elle vit recluse, bien à l’abri entre quatre murs. Un jour, poussée par la curiosité, la jeune fille décide de braver l’interdit et de s’aventurer à l’extérieur. Bien mal lui en prend – elle comprend que son visage est si effroyable qu’il ne peut être montré au grand jour.
Car si d’ordinaire, la laideur n’est pas un crime, il règne dans le village une terrible superstition. Autrefois se seraient affrontées une sorcière d’une grande laideur et une prêtresse d’une grande beauté : la première, victorieuse, aurait volé son apparence à la seconde. Depuis lors, toute petite fille laide née une certaine année est tuée sur-le-champ, sous peine de porter malheur aux habitants. Cette légende est même le thème d’une pièce de théâtre qui se joue chaque été. Izana y découvre pour la première fois, dans le rôle de la prêtresse, sa propre cousine. Née la même année qu’elle, Namino a été épargnée grâce à sa beauté extraordinaire…

 

Mon avis

J’ai découvert ce roman durant l’été 2017 sur Instagram, je le voyais passer de partout et ce qui à suscité ma curiosité, c’est tout d’abord sa couverture et cette phrase accrocheuse « Et si vous pouviez prendre l’apparence de n’importe qui… » il n’en fallait pas plus pour que mon coeur de lectrice ne s’emballe, ensuite le résumé a fini par me convaincre qu’il fallait que je me procure ce livre et dès sa reception je me suis jetée sur l’ouvrage et croyez moi que je n’ai pas été déçue du voyage.
Nous allons découvrir ici, l’histoire d’Izana, une jeune fille, née l’année du cheval de feu, malheureusement pour Izana, la vie ne l’a pas doté de beauté. Une vieille légende de son village japonnais raconte qu’une fille laide, née l’année du cheval de feu, serait la réincarnation d’une sorcière qui autrefois tua une prêtesse d’une grande beauté et que la soricère victorieuse vola l’apparence de la prêtesse. Un jour,en pleine nuit, Chigusa, sage femme du village est appelée dans le plus grand secret auprès de Kasura, la mère d’Izana, qui va bientôt mettre au monde sa fille. Pour sauver la vie de sa fille, Kasura demandera a Chigusa de la proteger avant de se donner la mort ainsi durant de nombreuses années, Chigusa va élever Izana, enfermée entre les 4 murs de sa maison car personne au village ne doit savoir qu’Izana est toujours en vie mais en grandissant Izana veut découvrir l’extèrieur et décide un 1er Janvier pendant l’abscence de Chigusa de sortir de la maison pour pouvoir trouver l’école car Izana a soif d’apprendre mais sur son chemin, elle rencontrera un groupe d’enfants qui vont se moquer d’elle à cause de son apparence et à partir de ce jour sa vie va prendre un autre tournant…
Izana, la voleuse de visage est le préquel du manga Kazané, la voleuse de visage, si vous n’avez pas lu le manga comme c’est mon cas, pas d’inquiétude, ce livre peut se lire indépendamment. Daruma Matsurra, nous délivre ici un rythme de lecture assez lent pourtant l’écriture est addictive, sensible, parfois même poetique mais elle a aussi sa part sombre car elle peut être également cruelle et tranchante. Cette ambivalance dans l’écriture donne à cette histoire une atmosphère particulière.
Ne vous attendez pas à lire un roman d’action ou fantastique classique, ce n’est pas le cas ici nous serons plongés dans un univers de croyances et légendes japonaises. De traditions, de textes anciens qui se transmettent depuis des siècles de générations en générations. Plus que de simples coutumes, elles deviennent loi et qui les transgrésent se voit exclu par les habitants du village.
Tout au long du récit, nous découvrirons tour à tour le poing de vue de 3 narrateurs différents, ça fait partie de l’originalité de ce roman. Tout d’abord, nous avons, Chigusa, la protrectice de Izana, qui est une vieille dame adorable et qui ne va pas hésiter à enfeindre les lois du village pour protéger ceux qui en ont besoin. Ensuite, nous avons, Izana, qui est loin d’être une jeune fille ordinaire et pourtant elle a se désir de vivre sa vie comme tout le monde et enfin Kingo, un petit garçon du village, qui tout comme Izana est rejeté mais pour des raisons différentes et à qui Chigusa viendra également en aide. Tous ces personnages ont des personnalités différentes et parfois complexe comme celle d’Izana, finalement qui est-elle vraiment?
Ce roman apporte à la reflexion concernant l’apparence, une personne belle à l’extérieure l’est-elle forcement à l’intérieure? ou inversement? Nous verrons ici que la beauté peut ouvrir bien des portes et que la laideur peut conduire à la mort. 
En conclusion, j’ai passé un agréable moment de lecture, me plonger dans cette légende et la culture japonnaise a été un vrai plaisir. Malgré ce côté dramatique et angoissant, ce récit est également ensorcelant et addictif.  Nous avons qui une fin ouverte qui nous donne envie d’en savoir plus et de découvrir dans les mangas l’histoire de Kasané, la fille d’Izana plusieurs années plus tard. Que vous soyez amateurs de légendes urbaines ou non, laissez vous tenter par Izana, la voleuse de visage. Vous ne le regretterez pas.

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

 

CHRONIQUES

Ceux qui s’aiment – Coralie Raphael

51L+iH1V-JL

Auteur: Coralie Raphael
Editions: Librinova
Parution: 2 Octobre 2017
Nombres de pages: 67
Prix: 10.90€
Synopsis: Un peu de tendresse dans ce monde de brute ? C’est ce que nous propose Coralie Raphael dans ce recueil de onze nouvelles autour de « Ceux qui s’aiment » et des sentiments. Des histoires d’amour de jeunesse, d’amour impossible, d’amour rêvé, d’amour retrouvé… pour oublier un temps les soucis et se rappeler avec délice ce que la vie peut offrir de mieux !
Mieux qu’un livre, un remède anti-coup de blues !

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier très chaleureusement Coralie Raphael de m’avoir fait parvenir ce livre. J’ai tout de suite été séduite pas sa couverture et son titre. Ensuite son résumé n’a fait que confirmer mon envie de découvrir ce recueil de nouvelles et son auteure et je n’ai pas été déçue de ma lecture.
Nous allons découvrir ici un recueil de onze nouvelles, qui ont toutes pour thème l’amour mais pas n’importe quel amour, celui qui est plus fort que tout, qui peut faire face dans les moments difficiles de notre vie, celui qui grandit jour après jour ou encore celui qui fait battre notre cœur comme jamais et nous fait connaitre une vague d’émotions indescriptible. Comme vous l’aurez sans doute compris ici nous parlons du véritable amour avec un grand A.
Dans ce recueil de nouvelles très court, à peine 70 pages, nous voyagerons au fil des nouvelles, dans l’amour dans toute sa diversité, elle se lisent très vites et ne laissent pas le lecteur indifférent.
La plume de Coralie Raphael est touchante, émouvante, fluide, on prend beaucoup de plaisir à lire ce recueil, je n’ai pas vu le temps passé. Je n’ai pas pour habitude de lire des recueils de nouvelles et je dois dire que j’avais tords, j’ai apprécié dans ce recueil toutes les nouvelles, l’écriture va droit au but, elle est claire, concise, simple, ce qui est en fait une vraie valeur ajoutée.
En conclusion, je vous recommande chaudement de lire ce recueil, j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. Félicitations Coralie, votre écriture est très prometteuse et j’espère qu’à l’avenir vous irez loin, ce recueil montre avec brillo votre talent. Si vous êtes amateur de nouvelles ou de romance, voir même des deux. Ne passez pas à coté de ce livre. Vous ne pouvez qu’être conquis. Foncez !
CHRONIQUES

Rêver n’est pas un vilain défaut – Carole Cerruti

« Quoi que vous rêviez d’entreprendre, commencez-le.

L’audace a du génie, du pouvoir et de la magie. » Goethe 

1540-1

Auteur: Carole Cerruti
Editions: City
Parution: 24 Janvier 2018
Nombres de pages: 320
Prix: 17.50€
Synopsis: À bientôt trente ans, Elisabeth a des rêves plein la tête. Elle aimerait être écrivain, voudrait être un peu moins enrobée et ne plus être l’éternelle célibataire que l’on regarde avec pitié. Mais voilà, elle fait partie des femmes qui passent inaperçues.Trop c’est trop ! Invitée à la soirée de gala des anciens étudiants (qu’elle n’a pas revu depuis dix ans), elle décide qu’elle n’ira pas toute seule pour ne pas subir les moqueries de ses anciennes camarades. Il lui faut un petit ami, et vite. La seule solution ? Engager un acteur !Mauvaise idée… L’homme est bien trop séduisant, charismatique et arrogant pour que leur couple soit crédible. Pour une fois, le destin n’aurait-il pas pu lui donner un petit coup de pouce ? Mais Elisabeth doit faire avec. D’ailleurs, qu’est-ce qui pourrait bien déraper ?

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier très chaleureusement les éditions City pour l’envoi de ce roman. J’ai fais la connaissance de ce livre sur Twitter, sur le compte même de son auteure Carole Cerruti, j’ai tout de suite été attiré par sa couverture et ensuite par son résumé et je n’ai pas du tout été déçue par cette belle découverte livresque.
Dans ce roman, nous allons suivre Elisabeth dites « Liz » qui est une jeune femme de 29 ans vivant à New-York, elle travaille dans une librairie ayant abandonnée par choix ses études d’avocat car celà ne lui correspondait pas. Elle se retrouve un jour invitée à la soirée de gala des anciens d’étudiants de son lycée en Angleterre, qu’elle n’a pas revue depuis 10 ans, ne voulant pas y aller seule pour ne pas que ces anciens camarades de classe se moque d’elle, Liz décide d’engager un acteur pour qu’il se fasse passer pour son petit ami mais comme vous le savez, rien dans la vie ne se passe jamais comme on l’avait prévu et la vie peut nous réserver bien des surprises…
Autant vous le dire tout de suite, j’ai vraiment adoré cette histoire et ses personnages, la plume de Carole Cerruti est fluide, agréable et inmersive, on est très vite plongé dans cette histoire où à chaque page on a envie de connaitre la suite. Je suis passée du rire aux larmes pendant cette lecture, qui ne m’a pas laissé indifférente.
Parlons maintenant des personnages, j’ai réussi sans difficulté à m’attacher à eux, notamment à Liz, où certains côtés de sa personnalité m’ont fait penser à moi, elle manque cruellement de confiance en elle, elle croit qu’elle ne sera jamais capable d’intérresser quelqu’un et qu’elle n’est pas à la hauteur pour réaliser son rêve de devenir un jour écrivain, au cours de l’histoire on va la voir évoluer et prendre du caractère et à sa grand-mère qui est du bienveillance et d’une gentillesse, on ne peut que rêver d’avoir pareil grand-mère. Damon est le bel acteur par excellence, connu et surtout très arrogant, il va accepter ce job parce qu’il a besoin d’argent mais il ne faut jamais se fier à ses premières impréssions…  Sa meilleure amie, Kathleen, est l’amie sur qui on peut toujours compter, qui est un peu « folle » par moment mais qu’on aime quand même. 
En conclusion, Carole Cerruti signe ici son premier roman et je dois dire qu’il est très reussi. J’ai été touché par son histoire et ses personnages. Si vous aimez les romances qui mêlent amour, humour, difficultés (y en faut bien un peu sinon c’est pas drôle) et passé par différentes émotions au cours de votre lecture, c’est le livre qu’il vous faut. Rêver n’est pas un vilain défaut est une très jolie comédie romantique. Alors, ne passez pas à côté, ce roman vaut vraiment le détour.
Pour moi c’est un coup de coeur.

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.