CHRONIQUES

Sirius – Stéphane Servant

« Un jour peut-être, les hommes s’étaient crus différents. Parce que tout leur appartenait. Parce qu’ils avaient le pouvoir de vie et de mort sur les autres espèces. Mais à présent, à présent, ils étaient nus et grelottants, comme aux premiers jours du monde »

51-HQ03inpL._SX195_

Auteur: Stéphane Servant
Editions: Editions du Rouergue
Parution: 23 Aôut 2017
Nombres de pages: 480
Prix: 16,50€
Synopsis: Alors que le monde se meurt, Avril, une jeune fille, tente tant bien que mal d’élever son petit frère, Kid. Réfugiés au coeur d’une forêt, ils se tiennent à l’écart des villes et de la folie des hommes… jusqu’au jour où le mystérieux passé d’Avril les jette brutalement sur la route. Pourchassés, il leur faut maintenant survivre dans cet univers livre au chaos et à la sauvagerie. Mais sur leur chemin, une rencontre va tout bouleverser : Sirius. Avec ce road trip post-apocalyptique, Stéphane Servant signe un grand roman d’aventure, brut et haletant.

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier très chaleureusement les Editions du Rouergue de m’avoir fait parvenir ce roman. Cela faisait un moment que j’avais envie de le lire, sa couverture et son résumé m’intriguaient fortement, je me suis donc lancée dans cette lecture et je dois dire que je n’ai pas été déçue du voyage.
Nous allons dans ce roman retrouver Avril, une jeune adolescente qui tente d’élever son petit frère Kid. Ils vivent tous les deux isolés dans une cabane perchée dans un arbre mais un beau jour ils vont devoir fuir un passé qu’ils pensaient derrière eux et partir en direction de la Montagne où la vie y serait plus paisible.
Sirius n’est pas un roman pour adolescent où les personnages sont chouchoutés au contraire c’est un roman particulièrement dur. Avril et Kid ne seront pas épargnés.
On s’attache aux personnages, que l’on apprend à connaitre tout au long du récit, on fait face à leurs cruautés et à leurs défauts mais aussi à leurs courages et ils leurs en faudra pour atteindre leur objectif aussi difficile soit-il car l’envie de tout abandonner et le désespoir seront souvent présent même si les moments d’espoir seront parfois présents.
Stéphane Servant nous propose ici des personnages vrais, authentiques et d’ailleurs la relation qu’entretiennent Avril et Kid m’a beaucoup ému et bouleversé, tant on sent l’affection et l’attachement qu’ils se portent. Les animaux ont aussi une place importante ici et je trouve que cela ajoute une force à cette histoire.
Ce roman, on prend plaisir à le lire, on le savoure. Le rythme de lecture est assez lent mais cela ne m’a absolument pas gêné, tant je me suis délectée de ce récit. L’auteur a une plume assez poétique qui est un vrai régal.
Dans ce road-trip, on fait face à la cruauté des hommes avec beaucoup de crainte et de peur mais tout au long du récit, les descriptions qui sont faites des paysages et de la nature, le sont avec tellement de poésie, que l’on se plonge encore davantage dans cet univers.
Sirius est un roman, qui soulève beaucoup d’interrogations par rapport à notre condition d’être humain et nous montre que l’on est capable du meilleur mais aussi du pire.
En conclusion, je dirai que ce roman est pour moi une vraie pépite. Mon premier coup de cœur de cette année 2018. Je découvrais pour la première fois Stéphane Servant et je suis tentée de lire d’autres de ces romans, tellement que j’ai adoré sa plume. J’ai aimé l’originalité dans la numérotation des chapitres où l’on commence par le dernier et plus on avance dans l’histoire plus on s’approche du premier. Si vous aimez les romans post-apocalyptique, les dystopies avec beaucoup de poésie et d’émotions vous ne serez pas déçu. Je ne peux vous dire qu’une chose, laissez vous tenter ne passez pas à côté de ce petit bijou.

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

 

Publicités
CHRONIQUES

Demain il sera trop tard – Jean-Christophe Tixier

CVT_Demain-il-sera-trop-tard_6460

Auteur: Jean-Christophe Tixier
Editions: Rageot
Parution: 13 Septembre 2017
Nombres de pages: 448
Prix: 15.90€
Synopsis: Virgil vit dans l’insouciance. Le Terme diagnostiqué à sa naissance fait de lui un 81 (il va vivre 81 ans). Mais un jour, une Brigade tente de l’arrêter. Il s’enfuit. Débute alors sa descente aux enfers.
Enna, elle, est Court Terme et vit dans le ghetto. Elle graffe sa révolte sur les murs des beaux quartiers. Quand son amie est tuée par un groupuscule proche du pouvoir, elle jure de la venger…
Traqué, Virgil rencontre une jeune geek, Lou, analyste de données, qui lutte clandestinement contre le système.
Lui, Enna, Lou et d’autres sont décidés à se battre contre cette société totalitaire qui les a condamnés et à vivre intensément chaque jour, chaque minute, chaque seconde, qui restent! 

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Rageot via NetGalley pour m’avoir permis de lire ce livre. Je dois dire que j’ai beaucoup aimé la 4 ème de couverture et le résumé m’attirais,
C’est la première fois que je lisais une dystopie et un roman de Jean-Christophe Tixier. Même si le résumé et la couverture m’ont tout de suite emballé, je ne savais pas trop si j’allais aimé le genre et je vous avoue avoir été plutôt surprise dans le bon sens du terme.
Demain il sera trop tard, nous raconte la vie de Virgil qui du jour au lendemain va basculer, lui qui est un 87, un long terme, qui a encore toute sa vie devant lui (va pouvoir faire des études, avec une brillante carrière et fonder une famille) se retrouve soudain recherché par la « Brigade Spéciale » qui veut l’arrêter . Il ne sait pas pourquoi mais une chose est sûr, il ne se laissera pas attraper sans comprendre, il va donc fuir et là va commencer pour lui le début d’une nouvelle vie.
J’aime beaucoup l’écriture de Jean-Christophe Tixier, elle est fluide et ça se lit très vite, plus on avance dans les chapitres, plus on a envie d’en savoir davantage, il y a beaucoup d’actions, je ne me suis pas ennuyée une seconde.
J’ai trouvé les personnages intéressants et attachants, ils donnent chacun leurs points de vue et permettent à nous lecteurs d’avoir une vue d’ensemble sur cette société et son fonctionnement.
L’auteur, nous propose un narrateur extérieur à l’histoire et change de personnages au fil des chapitres.
On va suivre au cours de l’histoire parallèlement plusieurs d’entre eux et je trouve que cela est bénéfique au bon rythme de l’histoire. Il a su également faire réagir le lecteur, en nous faisant nous poser plusieurs questions comme par exemple « Et si cela se passait dans notre société, quelle serai notre réaction fasse à ça? », « Trop de technologies ne conduirait-elles pas à notre perte et nous empêcheraient finalement de vivre notre vie comme on l’entend? », ces questions font partis des nombreuses, que j’en suis venue à me poser tout au long de ma lecture.
Si il y a un seul reproche que je ferai à ce livre,c’est sa fin, Tout s’emballe, tout s’enchaîne, ça va vite, trop vite peut être et j’aurai aimé en savoir plus sur le devenir des personnages, (à moins qu’il y est un deuxième tome en prévision?) car si je ne me trompe pas c’est un one-shot.
En conclusion, je dirai que Demain il sera trop tard est un coup de cœur, je le conseille vraiment à tous ceux qui aiment la dystopie ou ceux qui ont envie de découvrir ce genre comme se fut mon cas. Jean-Christophe Tixier a su construire un univers trépidant, Ce livre vaut le détour. Foncez !

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.