CHRONIQUES

Aromantic (love) story Tome 1 – Haruka Ono

aromantic-love-story-tome-1-1045689-264-432

Auteur: Haruka Ono
Editions: Akata
Date de publication: 3 Mai 2018
Nombres de pages: 199 
Prix: 6,99€
Synopsis: Futaba Kiryû, 32 ans, est autrice de mangas. Ce qu’elle adore par-dessus tout, c’est dessiner des shônen bien sociaux ! Le problème, c’est que ce genre ne marche plus du tout… Du coup, pour essayer de vraiment lancer sa carrière, son éditeur lui propose (impose ?) de s’essayer à un autre genre de shônen : le harem manga ! Gros hic : elle déteste ça, et surtout… elle ne s’intéresse pas du tout à l’amour. Bien malgré elle et agacée par l’injonction sociale qui impose aux femmes d’être forcément amoureuses, elle entame l’écriture d’un shônen manga romantique. Contre toute attente, le succès est immédiat, et la voilà condamnée à continuer de dessiner une série à laquelle, elle-même, elle ne comprend rien… Pour ne rien arranger, elle se retrouve très vite prise entre deux feux : d’un côté, la touchante vénération d’un assistant de douze ans son cadet, de l’autre, la séduction flamboyante d’un scénariste d’anime quadragénaire. Une situation cauchemardesque pour cette célibataire endurcie…

 

Mon avis

Je souhaiterai remercier les Editions Akata de m’avoir fait parvenir ce manga. Pour ma part c’est le premier manga qui traite de l’aromantisme et de l’aséxualité que j’ai lu et je dois dire que ça a été une belle découverte.
Nous allons faire la connaissance de Futaba Kiryu qui est une auteure de manga shonen, sous la proposition de son éditeur elle s’essaye à un autre genre de shonen: le harem manga. Chose à laquelle elle ne s’attendait pas, son manga est un véritable succès au point de se voir adapter en anime mais le problème est qu’elle déteste ce genre et qu’elle ne s’intéresse pas du tout à l’amour, elle n’a jamais éprouvé de sentiments amoureux pour qui que se soit. Du jour au lendemain, elle va se retrouver dans une situation qui va la mettre mal à l’aise car deux hommes vont s’interesser à elle, d’un côté nous aurons son jeune assistant qui à douze ans de moins qu’elle et de l’autre le scénariste de l’adaptation de son manga en anime qui a la quarantaine. Comment Futaba va t’elle se sortir de là?
L’intrigue de ce manga est pour le moins atypique et l’héroine l’est tout autant, on n’est loin des shojo traditionnel romantique à souhait, ici on en prend le contrepied. Nous avons notre personnage principal qui ne s’interesse pas à l’amour, qui est plutôt naive dans ce domaine et pourtant qui s’assume parfaitement malgrè les pression de la société, de ses amies, de sa famille. Son célibat est un choix, ce qui à parfois le don de décontenancer son entourage, elle adore son travail et si devoue corps et âme. Elle n’hésite pas à faire entendre sa voix quand il s’agit de son manga. C’est un personnage auquel on s’attache vraiment.
L’histoire est assez drole et décalée, il y a beaucoup d’humour des les premières pages. Les dessins sont très expréssifs et reflètent parfaitement les sentiments des personnages.
En conclusion, « Aromantic (love) story est un shojo original et plein de charme, les sujets abordés sont très intéressants. J’ai vraiment envie de connaitre la suite des aventures de Futaba Kiryu. Si vous voulez un shojo qui sorte des sentiers battus, je vous le recommande. 

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

 

 

 

 

Publicités
CHRONIQUES

Eclat(s) D’Ame tome 2 – Yuhki Kamatani

« Au fond de moi, j’avais envie de faire ce genre de choses. Enfin, je crois »

Extrait d’Eclat(s) D’Ame Tome 2 

 

Eclat-s-d-ame

Auteur: Yuhki Kamatani
Editions: Akata
Date de publication: 16 mai 2018
Nombres de pages: 162
Prix: 7.95€
Synopsis: Au contact des membres du salon de discussion, Tasuku a fini par s’accepter, mais surtout par accepter l’amour qu’il éprouve. Pour autant, il ne sait pas encore comment il doit se comporter au quotidien, auprès de ses camarades, mais surtout auprès de celui qu’il aime. Au contact de Misora, plus jeune membre du salon, mais aussi porteur d’un « secret » compliqué, le lycéen va continuer à se poser des questions…

 

Attention risque de spoilers dans cette chronique donc si vous n’avez pas lu le premier tome je vous conseille de ne pas lire la suite. Vous aurez été prévenus 😉

 

Mon avis

Je souhaiterai tout d’abord remercier les Editions Akata pour leur confiance, leur gentillesse et pour l’envoi ce manga dont j’attendais la sortie avec impatience, le premier tome a été pour moi une très belle découverte, je ne pouvais donc pas louper la lecture de ce deuxième tome. J’avoue qu’au premier abord je n’ai pas été emballé par cette couverture mais il m’en faudrait plus pour ne pas découvrir la suite et j’avoue que ça a été encore une fois pour moi un très bon moment de lecture.
Nous allons découvrir davantage un autre personnage que nous n’avions fait qu’apercevoir dans le premier tome il s’agit de Misora, un jeune garçon, collégien, en quête d’identité et d’acceptation de soi, tout comme l’était Tasuku dans le premier tome, lui dans ce second tome a fini par s’accepter et aussi par accepter les sentiments qu’il éprouve pour un garçon de son lycée mais tout est loin d’être gagner car il ne sait pas encore comment il doit se comporter en société et surtout au contact de celui qu’il aime. Tasuku va apprendre quel secret cache Misora et se poser de plus en plus de questions…
Dans ce second tome, l’un des thème qui va le plus ressortir, vous l’aurez peut-être même deviner rien qu’en regardant la couverture est celui d’être transgenre. Beaucoup de questions vont émerger sur ce sujet au fil de la lecture. J’aime toujours autant les dessins qui sont toujours aussi beaux et qui savent toucher en plein coeur. 
Misora est un personnage que l’on ne peut pas ranger dans une catégorie bien précise, tellement sa personnalité est complexe. Tout comme Tasuku, il est en quête de sa propre identité, il se cherche. Il aime s’habiller en fille et se sent bien quand il est ainsi vêtu. Malgré son jeune âge, c’est quelqu’un qui à une certaine maturité et qui percoit parfois certaines choses mieux que Tasuku. Il le pousse à réfléchir et nous fait également réfléchir en tant que lecteur tant ses paroles sont justes malgré leurs violences. C’est un garçon rempli de colère qui ne supporte pas qu’on porte sur lui telle ou telle étiquette alors que lui même ne sait même pas qui il est. La rencontre entres Tasuku et Misora est très intéressante, ils vont apprendre l’un de l’autre et se faire sortir respectivement de leurs zones de confort. Nous allons faire la rencontre dans ce tome du garçon dont Tasuku est amoureux, Tsubaki, ce garçon reste encore un mystère et j’espère que dans le prochain tome nous en saurons plus sur lui.
Pour conclure, ce tome est pour moi aussi réussi que le premier. On y aborde des thématiques fortes sans détour et avec un réalisme impréssionnant. Sa lecture ne peut pas vous laissez indifférents et nous pousse à la réfléxion. Les personnes au sain de ce salon de discussion sont toujours aussi bienveillantes les unes avec les autres, les personnes peuvent s’y exprimer et être eux même sans crainte d’être juger. J’ai hâte de lire le troisième tome et d’en apprendre davantage sur certains personnages. 
Pour moi, c’est encore une fois un coup de coeur, si vous avez déjà lu le premier tome ne passez pas à côté du second, il vaut vraiment le détour. Ce manga est destiné à devenir un best seller dans son genre. 

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

 

 

CHRONIQUES

Eclat(s) D’Ame, tome 1 – Yuhki Kamatani

« Deux jours avant les vacances d’été, je crois que… je suis mort »

51VzzOE2WjL._SX195_

Auteurs: Yuhki Kamatani
Edition: Akata
Date de publication: 22 Février 2018
Nombres de pages: 176
Prix: 7.95€
Synopsis: « Deux jours avant les vacances d’été… je crois que je suis mort. » C’est ce qu’a pensé Tasuku le jour où un de ses camarades de classe lui a piqué son smartphone, alors qu’il était en train de regarder une vidéo porno gay dessus. La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre. Tasuku pense alors à se suicider, ne pouvant supporter cette réalité dont il n’avait pas encore complètement conscience lui-même, mais craignant aussi le regard de la société. Pourtant, alors qu’il s’apprête à sauter dans le vide, il aperçoit, au loin, une mystérieuse silhouette de jeune femme qui le devance et… saute dans le vide ?! Intrigué, terrorisé, il s’élance vers l’endroit d’où elle a sauté. Il y découvre, stupéfait, que la jeune femme est encore en vie, et qu’elle est l’hôte d’une sorte de résidence associative, véritable safe space où se réunissent diverses personnes LGBT. De rencontre en rencontre, le jeune lycéen va apprendre à se connaître, à s’accepter, et trouver sa place dans le monde.

 

Mon avis

Je lis des mangas de temps en temps et jusqu’à maintenant je lisais essentiellement des shojos. Cette année je voulais élagir mon champs de lecture dans les mangas à d’autres genres et c’est grâce à la booktubeuse Pikobooks qui en à parlé récemment dans une de ces story Instagram que j’ai découvert ce manga et je la remercie beaucoup pour ça car sans elle je serai probablement passé à côté de ce petit bijou.
Ici, nous allons faire connaissance avec un lycéen nommé Tasuku, deux jours avant les vacances d’été il se fait surprendre par un de ses camarades avec une vidéo porno gay sur son téléphone portable. Malheureusement la nouvelle fait très rapidement le tour du lycée et pour Tasuku qui est quelqu’un d’introverti, ça va être le début de l’enfer… Alors qu’il pense à se suicider, il va apercevoir une jeune femme sautant dans le vide. Alors pris de panique, il va alors aller jusqu’à l’endroit où elle a sauté et constater qu’elle est toujours en vie. Cette jeune femme est l’hôte d’un salon de discussion où se réunissent plusieurs personnes LGBT, avec l’aide des personnes qu’il rencontrera dans ce lieu Tasuku va devoir apprendre à s’accepter tel qu’il est avec ses préférences et à faire face aux conséquences que cela peut impliquer.

119202261

Avant de me procurer ce manga, je connaissais pas les Editions Akata et je dois dire que j’ai fais deux belles découvertes pour le prix d’une, un nouveau manga que j’adore et une nouvelle maison d’édition qui à des titres très intéressants dans son catalogue. Je me suis donc attaqué à un nouveau genre de manga: le seinen. Si parler d’homosexualité n’a rien de nouveau en littérature, dans les mangas c’est un peu moins courant, la catégorie qui en parle le plus est celle des boys love (romance entre garçons) mais tous n’en parle pas de façon aussi engagé. Dans cette histoire, ce sujet d’actualité va être traiter de manière vraie et juste, il sera ici question de parler de coming out et de comment vivre sa vie en étant homosexuel dans une société où la tolérance n’est pas toujours là et où malheureusement l’homophobie est encore bien trop présente.

a964a52_22154-1s70etk.i495f

Tasuku va être accueilli dans ce salon de discussion le plus naturellement du monde et tout de suite accepté par les personnes qui s’y trouvent et qui forment déjà un joli groupe. Ils vont tout de suite l’intégrer dans leur projet de rénovation de maisons et tout cela à un effet « thérapeutique » car en détruisant ces maisons cela va lui permettre d’extérioriser toute la colère et le mal être qu’il ressent. Il va peu à peut s’ouvrir aux autres membres et découvrir qu’il n’est pas le seul dans son cas.  L’histoire d’Haru en est un parfait exemple, elle est en couple avec Saki. Haru a réussi difficilement à faire son coming-out mais elle ne voulait plus paraitre aux yeux des autres une personne qu’elle n’était pas et a décidé d’assumer qui elle était réellement, malgré les conséquences que cela pouvait occassionner pour enfin être libre d’être elle même, de son côté sa compagne Saki hésite encore à faire ce pas car la peur du rejet et de la persécution est bien présente.  Elles sont touchantes et leur histoire est très belle, ce qu’elles transmettent à Tasuku est un message plein d’espoir. Grâce à la bienveillance de ces personnes, Tasuku va petit à petit s’ouvrir aux autres et enfin accepter d’être lui même. 

ac4912d_6836-le1355.vp1w

Ce manga est graphiquement sublime, j’ai beaucoup aimé le dessin de la mangaka, c’est un style assez épuré qui ne peut que vous touchez en plein coeur. Les regards et les expressions des différents personnages sont très expréssifs et les décors sont beaux, ils invitent à la comtemplation. Ces illustrations respirent la poésie et ne vous laisseront pas indifférents.
En conclusion, « Eclat(s) d’Âme – Tome 1 » est un véritable coup de coeur pour moi. Le sujet traité, l’est de façon sensible et très réaliste, l’émotion est au rendez-vous et on ne peut qu’être touché par ses personnages matures et attachants, par leurs personnalités et leurs histoires. C’est beau, c’est poétique et on ne peut que succomber à cette histoire aussi engageante que poignante. 
Je vous recommande ce titre à 1000%.

Ce livre vous intèresse? Cliquez ici.