CHRONIQUES

Qui suis-je? – Thomas Gornet

« Qui est donc Vincent ? Il ne le sait pas lui-même. »

téléchargement (1)

Auteur: Thomas Gornet
Editions: Rouergue
Date de publication: 17 Janvier 2018
Nombres de pages: 80
Prix: 9.20€
Synopsis: Qui est donc Vincent ? Il ne le sait pas lui-même. Comme tant d’autres ados, il a du mal à trouver sa place parmi les autres collégiens et à comprendre ses émotions. Notamment quand débarque un nouveau, Cédric, un sportif, lui. Il va lui falloir une année de 3e pour prendre conscience de son homosexualité. Ce bref roman touche par sa profondeur, son humour, sa finesse, en évitant tous les clichés. Nouvelle version d’un roman paru en 2006 à L’Ecole des Loisirs. Adapté au théâtre en 2018, nombreuses représentations en milieu scolaire.

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier très chaleureusement les Editions du Rouergue de m’avoir fait parvenir cet ouvrage. J’avoue que son titre et son résumé m’ont tout de suite intrigué et j’ai vraiment passé un bon moment de lecture.
Nous allons faire connaisannce avec Vincent, un collégien qui vient de faire sa rentrée en classe de 3ème, cette année si particulière puisque l’on passe l’examen de fin d’année, le brevet des collèges et que l’on doit faire un choix d’orientation qui déterminera nos études futures . Nous allons donc le suivre tout au long de cette année scolaire dans son quotidien au collège bien sur mais aussi avec sa famille, ses amis et puis avec son nouveau camarade de classe Cédric qui arrivera en cours d’année. Depuis l’arrivée de celui-ci Vincent qui était un élève plutôt doué voit ses notes chutées, il commence à voir son coeur s’emballer dès qu’il est en contact avec son camarade et il va alors tenter de comprendre ce qui lui arrive.
La plume de Thomas Gornet est simple, juste et efficace. Ce roman est court et pourtant on s’attache à Vincent, c’est lui le narrateur de l’histoire, on le suit au travers de cette année charnière qui va le changer beaucoup plus qu’il ne le pensait. On fait face à un adolescent mal dans sa peau, qui se pose beaucoup de questions sur lui même. Il va devoir s’accepter tel qu’il est et accepter se qu’il ressent. 
Les thèmes abordés dans ce roman sont des sujets qui parleront aussi bien aux adolescents qu’aux adultes comme la recherche d’identité, l’acceptation de soi mais aussi par les autres, l’homosexualité, l’homophobie, le harcèlement scolaire. On ne s’imagine pas qu’en si peu de pages on puisse abordés autant de thèmes et de manière aussi juste.
En conclusion, « Qui suis-je? » est un roman dont j’ai apprécié ma lecture, il se lit vite du fait de son nombres réduits de pages mais Thomas Gornet va à l’essentiel avec un langage familier et il réussit avec brillo à nous faire rentrer dans la peau de son personnage. J’avoue que s’il avait été un petit peu plus long je n’aurai pas été contre mais cela n’a en rien gaché le plaisir que j’ai pris à le lire.
Je le recommande. 

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

Publicités
CHRONIQUES

Rebel Love – F.V. Estyer

« Je suis pris entre le désir fulgurant que je ressens pour lui et le dégoût de moi-même parce que j’éprouve tout ça. »

imagerepository

Auteur: F. V. Estyer
Editions: City
Date de publication: 29 Novembre 2017
Nombres de pages: 272
Prix: 15.90€
Synopsis: Après une rupture difficile, Sierra a sombré dans la dépression. Heureusement, Alex, son meilleur ami est là : le jeune homme essaie tant bien que mal de lui redonner goût à la vie en prenant soin d’elle et en l’incitant à sortir. Un jour enfin, la jeune femme rencontre le très séduisant Zach. Dans ses bras, elle oublie sa tristesse. Mais Zach est aussi attiré par les hommes et il craque littéralement pour Alex. Et un soir, alors que les deux hommes sont seuls, tout bascule et ils entament une liaison, à l’insu de Sierra. Entre la peur de tout avouer à sa meilleure amie et son désir pour Zach, Alex est perdu dans la jungle de ses sentiments. Face aux obstacles, ils vont devoir décider quel sera leur avenir… Deux hommes. Une femme. Un amour au goût d’interdit…

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier très chaleureusement les Editions City pour l’envoi de ce roman. J’ai complètement craqué pour le résumé et j’ai eu raison parce que j’ai complètement adoré cette histoire.
Nous allons suivre ici, Sierra qui sort d’une rupture douloureuse avec son ex Bastien et qui a sombré dans la dépression. Elle vite en collocation avec son meilleur ami, Alex fait tout ce qu’il peut pour la consoler. Un jour, Sierra va rejoindre à contre-coeur sa mère dans une brasserie pour le déjeuner et se disant qu’il est temps que sa fille sorte de son état de dépression, elle prend la liberté de laisser le numéro de Sierra au serveur, à ce moment elle ne sait plus où se mettre, honteuse de l’attitude de sa mère mais contre toute attente, le mystèrieux serveur qui n’avait pas laissé Sierra indifférente fini par la recontacter et lui proposer un rendez-vous. Ne souhaitant pas s’y rendre seule, Sierra propose à Alex de l’accompagner et c’est là qu’ils vont tous les deux vers la connaissance du beau et mystèrieux Zacharie et suite à ce premier rendez-vous Sierra et Zacharie vont entamer une relation mais Zacharie est un homme d’un temperamment très libre et très ouvert qui est prêt à tenter toutes les expèriences et sexuellement il est bi-sexuel et ne tarde pas à se montrer très intéressé par Alex…
La plume de F.V. Estyer est très immersive, on est tout de suite pris dans cette histoire et on ne peut s’empêcher de faire des suppositions sur ce qu’il va se passer par la suite. Le fait qu’à chaque chapitre on change de narrateur donne davantage d’attachement aux trois personnages et on apprend mieux à les connaitre, savoir ce qu’ils ressentent et comment ils vivent chacun de leurs côtés cette situation qui les dépasse. La lecture est fluide, c’est le genre de roman que l’on commence et qu’on ne peut pas lacher avant de l’avoir terminé. 
On peut penser à première vue que l’on va se retrouver au beau milieu d’un triangle amoureux, pourtant ce ne sera absolument pas le cas. Si la première partie de l’histoire peut nous le laisser penser, la seconde va clairement se concentrer sur l’histoire d’amour de Zacharie et Alex car si pour le premier assumé ces désirs et ses sentiments n’est pas un problème pour le second, ça sera plus compliqué. En effet, Alex qui jusqu’à maintenant ne s’est toujours senti attiré que par les filles va développer pour Alex une passion et un désir qu’il n’a jamais ressenti avant et va devoir se battre avec lui même pour accepter ses nouveaux sentiments et devoir avouer la vérité à Sierra avant qu’il ne soit trop tard. La relation entre Alex et Zacharie est tout simplement magnifique, j’ai été touché par autant de sincérité dans leurs sentiments, ils s’aiment d’un amour sincère, profond et ils ont une passion l’un pour l’autre tellement dévorante que leur histoire d’amour ne pouvait être qu’une évidence et c’est beau.
En conclusion, « Rebel Love » est un roman qui a su me touché au delà de mes espérances, je suis passé par tellement d’émotions en lisant ce livre que j’y ai repensé plusieurs jours après ma lecture et qu’il m’arrive encore d’y penser. Cette romance ne peut pas laisser indifférente de par sa profondeur et sa justesse des sentiments. C’est très bien écrit et on a là des personnages vrais et sincères. Cette histoire est sensationnelle et bouleversante. Je ne peux que vous encourager vivement à vous procurer ce livre car se serait vraiment dommage que vous passiez à côté.
Pour moi, c’est un coup de coeur. 

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

 

 

CHRONIQUES

Une lumière dans la pénombre – Nojico Hayakawa

« De l’amitié à l’amour, une très belle histoire tout en douceur et en délicatesse »

lumiere-dans-la-penombre-idp

Auteur: Nojico Hayakawa
Editions: Boys Loves
Date de publication: 12 Janvier 2018
Nombres de pages: 208
Prix: 7.95€
Synopsis: Arata et Shôtarô, tous deux lycéens, sont amis de longue date. Arata cache ses sentiments pour Shôtarô depuis très longtemps, et il n’a pas du tout l’intention de lui avouer qu’il est amoureux de lui. Mais un jour, Shôtarô dit quelque chose qui prend Arata complètement par surprise…

 

Mon avis

J’ai découvert l’année derniere les animes yaoi ou boys love (histoire d’amour entre hommes) et j’avoue en avoir adoré quelques-uns mais jusqu’à maintenant je ne m’étais pas lancé dans la lecture de manga de ce genre et bien maintenant c’est chose faite avec « Une lumière dans la pénombre », je l’ai découvert sur le site Nautiljon.com en y faisant quelques recherches, en découvrant cette superbe couverture et son résumé, je ne pouvais que me laisser tenter.
Nous allons suivre dans cette histoire, Arata et Shôtarô, deux lycéens, le premier a une passion pour la photographie et à une personnalité plûtot introverti alors que le second lui est sportif et à une personnalité complètement à l’opposé puisque plûtot extraverti. Pourtant ces deux là sont amis depuis longtemps, un jour leur relation va prendre un autre tournant quand l’un va découvrir que l’autre ressent là même chose pour lui mais tout ne sera pas facile pour autant…

téléchargement (2)

L’un et l’autre vont faire face à leurs propres intérogations et à leurs propres doutes. Le regard des autres va avoir ici toute son importance, la peur d’être juger et de la persécuter mais également des questions sur leur intimité de couple et sur l’avenir de leur relation. Nous avons des personnages aux personnalités qui s’affirment tout au long du récit, Arata qui est d’un naturel plutôt calme, n’hésite pas à devenir quelqu’un de passionné quand il s’agit de son compagnon Shôtarô, quand a lui il est d’un caractère plutôt jovial et parfois même naif mais l’amour qu’il porte à Arata et la manière dont il lui montre ses sentiments ne peuvent pas nous laisser indifférent.
Je trouve leur relation très belle. Celle-ci se développe en douceur, sans brusquer les choses, ils se respectent l’un l’autre et s’aiment d’un amour profond et sincère.  

téléchargement (3)

C’est la première oeuvre que je lis de Nojico Hayakawa et je dois dire que j’ai été totalement conquise par ces dessins et son scénario. Ces traits sont fins, ces personnages expressifs. A travers ces dessins, cette mangaka sait nous faire ressentir toutes les émotions et les pensées de ses personnages. Le scénario est doux et poétique, on ne peut qu’être touchée par l’histoire d’Arata et Shôtarô.

images

En conclusion, « Une lumière dans la pénombre » est une histoire remplie d’émotions et de profondeur, on ne peut qu’être touché par ses personnages et par les traits de crayons de cette mangaka qui sont visuellement très travaillés. C’est un veritable plaisir pour les yeux. Une particularité de ce manga, c’est qu’aucune scène de sexe n’y est visible donc si ce genre de scènes ne vous plait pas, n’ayez aucune inquiètude, vous pouvez vous lancer dans cette histoire les yeux fermés. 
J’ai eu un véritable coup de coeur pour cette histoire, si vous êtes amateurs de manga et que vous souhaitez vous essayer aux boys love ou que vous connaissez déjà ce genre et que vous êtes à la recherche d’une nouvelle histoire. Ne passez pas à côté de celle là.

Ce livre vous intéresse? Cliquez ici.

 

 

 

CHRONIQUES

Le joueur de flûte de Hamelin – Jay Asher & Jessica Freeburg

« Et si votre rencontre avec le prince charmant devenait votre pire cauchemar? »

51TldnixT7L._SX195_

Auteur(e)s: Jay Asher & Jessica Freeburg
Ilustrateur: Jeff Stokely
Editions: Michel Lafon
Date de publication: 25 Janvier 2018
Nombres de pages: 144
Prix: 20.00€
Synopsis: Il était une fois, dans un petit village au fin fond de la forêt, une jeune femme sourde nommée Maggie. Maltraitée par les villageois, elle se réfugiait dans l’imaginaire, rêvant de trouver un jour le prince charmant. Quand Maggie rencontre le mystérieux joueur de flûte, il semble que tous ses voeux se réalisent. Mais à mesure qu’elle se rapproche de lui, Maggie découvre le côté sombre du garçon de ses rêves qui pourrait bien se révéler son pire cauchemar… Transcrite initialement par les frères Grimm, la légende évoque la disparition de cent trente garçons et filles, un désastre qui serait survenu le 26 juin 1284 dans la ville de Hamelin en Allemagne.

 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les Editions Michel Lafon de m’avoir fait parvenir ce roman graphique. J’adore les réecritures de contes et quand j’ai vu cette couverture et son résumé, il ne m’en fallait pas plus pour avoir envie de le lire et je dois dire que j’ai complètement adhéré à cette histoire.
Nous allons suivre ici, Maggie une jeune femme devenue sourde depuis un évènement traumatisant survenue dans son enfance. Vivant dans le village de Hamelin en compagnie d’Agathe, une femme âgée veillant sur elle. Maltraitée par les villageois, elle trouve refuge dans son imagination, en inventant des histoires où elle joue des tours à ses tortionnaires, Agathe l’aidant à les mettre sur papier. Un jour, un homme va arriver à Hamelin et proposer aux villageois de les débarrasser des rats qui infeste la ville, à l’aide de sa flûte. D’abord septique, ils finissent par accepter son aide et passe un marché avec lui mais une fois son travail accompli avec succès, les dirigeants refusent de le payer et cet homme va finir par devenir le cauchemar de tout un village…

téléchargement

Ce que j’ai tout d’abord apprécié au début de l’ouvrage qui nous présente la légende originale concernant le joueur de flûte de Hamelin, une découverte pour certain(e)s ou une piqûre de rappelle pour d’autres, c’est intéressant de renouer avec l’histoire originale avant de rentrer dans l’adaptation. Entre légende et vérité historique, le mystère sur ce qui c’est passé à Hamelin en l’an 1284 reste de nos jours toujours entier.
J’ai trouvé l’histoire réecrite par Jay Asher et Jessica Freeburg très intéressante, ils ont réussis à en faire de cette adaptation quelque chose de moderne et dans l’air du temps. Les thèmes développés ici sont toujours d’actualités tel que: la tolérance, l’injustice, la persecution, la peur de l’inconnu, la suspicion ou encore la bonté et la confiance en autrui. Les personnages de Maggie et du joueur de flûte sont très intéressants, ils sont les opposés l’un de l’autre et pourtant ils vont finir par se rapprocher et par se comprendre, malgré le comportement des villageois à son égard Maggie va se rapprocher de lui et apprendre à le connaitre alors que tout le village s’en méfie. Elle représente tout ce qu’il de plus bons dans l’être humain, au contraire le joueur de flûte lui représente le mal, l’inconnu, la personne à fuir, dont il faut s’éloigner et celle qui est capable du meilleur comme du pire. Ce personnage très ambivalent est à mon sens encore plus encore intéressant que celui de Maggie car on ne connait pas vraiment ses intentions, très charmant au début de l’histoire, il va au fil du récit révéler peu à peu son côté sombre.

stokelyLejoueurdeflute-4-1200x675

Les illustrations s’allient à merveilles avec le récit, tour à tour lumineuses, tour à tour sombres, elles refletent parfaitement le caractère des personnages et l’ambiance qui régne à Hamelin. La couverture est sublime, les éditions Michel Lafon ont fait un superbe travail d’édition sur ce livre.

téléchargement (1)

En conclusion, l’adaptation du joueur de flûte de Hamelin co-écrite par Jay Asher et Jessica Freeburg est un roman graphique plus que réussit qui parlera aux lecteurs de tous âges, que vous soyez amateurs de contes et de réecritures ou non, je vous invite fortement à le découvrir, vous ne le regretterez pas. 
Pour ma part, j’ai passé avec cette histoire un très bon moment de lecture.

Ce livre vous intèresse? Cliquez ici.

 

CHRONIQUES

Eclat(s) D’Ame, tome 1 – Yuhki Kamatani

« Deux jours avant les vacances d’été, je crois que… je suis mort »

51VzzOE2WjL._SX195_

Auteurs: Yuhki Kamatani
Edition: Akata
Date de publication: 22 Février 2018
Nombres de pages: 176
Prix: 7.95€
Synopsis: « Deux jours avant les vacances d’été… je crois que je suis mort. » C’est ce qu’a pensé Tasuku le jour où un de ses camarades de classe lui a piqué son smartphone, alors qu’il était en train de regarder une vidéo porno gay dessus. La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre. Tasuku pense alors à se suicider, ne pouvant supporter cette réalité dont il n’avait pas encore complètement conscience lui-même, mais craignant aussi le regard de la société. Pourtant, alors qu’il s’apprête à sauter dans le vide, il aperçoit, au loin, une mystérieuse silhouette de jeune femme qui le devance et… saute dans le vide ?! Intrigué, terrorisé, il s’élance vers l’endroit d’où elle a sauté. Il y découvre, stupéfait, que la jeune femme est encore en vie, et qu’elle est l’hôte d’une sorte de résidence associative, véritable safe space où se réunissent diverses personnes LGBT. De rencontre en rencontre, le jeune lycéen va apprendre à se connaître, à s’accepter, et trouver sa place dans le monde.

 

Mon avis

Je lis des mangas de temps en temps et jusqu’à maintenant je lisais essentiellement des shojos. Cette année je voulais élagir mon champs de lecture dans les mangas à d’autres genres et c’est grâce à la booktubeuse Pikobooks qui en à parlé récemment dans une de ces story Instagram que j’ai découvert ce manga et je la remercie beaucoup pour ça car sans elle je serai probablement passé à côté de ce petit bijou.
Ici, nous allons faire connaissance avec un lycéen nommé Tasuku, deux jours avant les vacances d’été il se fait surprendre par un de ses camarades avec une vidéo porno gay sur son téléphone portable. Malheureusement la nouvelle fait très rapidement le tour du lycée et pour Tasuku qui est quelqu’un d’introverti, ça va être le début de l’enfer… Alors qu’il pense à se suicider, il va apercevoir une jeune femme sautant dans le vide. Alors pris de panique, il va alors aller jusqu’à l’endroit où elle a sauté et constater qu’elle est toujours en vie. Cette jeune femme est l’hôte d’un salon de discussion où se réunissent plusieurs personnes LGBT, avec l’aide des personnes qu’il rencontrera dans ce lieu Tasuku va devoir apprendre à s’accepter tel qu’il est avec ses préférences et à faire face aux conséquences que cela peut impliquer.

119202261

Avant de me procurer ce manga, je connaissais pas les Editions Akata et je dois dire que j’ai fais deux belles découvertes pour le prix d’une, un nouveau manga que j’adore et une nouvelle maison d’édition qui à des titres très intéressants dans son catalogue. Je me suis donc attaqué à un nouveau genre de manga: le seinen. Si parler d’homosexualité n’a rien de nouveau en littérature, dans les mangas c’est un peu moins courant, la catégorie qui en parle le plus est celle des boys love (romance entre garçons) mais tous n’en parle pas de façon aussi engagé. Dans cette histoire, ce sujet d’actualité va être traiter de manière vraie et juste, il sera ici question de parler de coming out et de comment vivre sa vie en étant homosexuel dans une société où la tolérance n’est pas toujours là et où malheureusement l’homophobie est encore bien trop présente.

a964a52_22154-1s70etk.i495f

Tasuku va être accueilli dans ce salon de discussion le plus naturellement du monde et tout de suite accepté par les personnes qui s’y trouvent et qui forment déjà un joli groupe. Ils vont tout de suite l’intégrer dans leur projet de rénovation de maisons et tout cela à un effet « thérapeutique » car en détruisant ces maisons cela va lui permettre d’extérioriser toute la colère et le mal être qu’il ressent. Il va peu à peut s’ouvrir aux autres membres et découvrir qu’il n’est pas le seul dans son cas.  L’histoire d’Haru en est un parfait exemple, elle est en couple avec Saki. Haru a réussi difficilement à faire son coming-out mais elle ne voulait plus paraitre aux yeux des autres une personne qu’elle n’était pas et a décidé d’assumer qui elle était réellement, malgré les conséquences que cela pouvait occassionner pour enfin être libre d’être elle même, de son côté sa compagne Saki hésite encore à faire ce pas car la peur du rejet et de la persécution est bien présente.  Elles sont touchantes et leur histoire est très belle, ce qu’elles transmettent à Tasuku est un message plein d’espoir. Grâce à la bienveillance de ces personnes, Tasuku va petit à petit s’ouvrir aux autres et enfin accepter d’être lui même. 

ac4912d_6836-le1355.vp1w

Ce manga est graphiquement sublime, j’ai beaucoup aimé le dessin de la mangaka, c’est un style assez épuré qui ne peut que vous touchez en plein coeur. Les regards et les expressions des différents personnages sont très expréssifs et les décors sont beaux, ils invitent à la comtemplation. Ces illustrations respirent la poésie et ne vous laisseront pas indifférents.
En conclusion, « Eclat(s) d’Âme – Tome 1 » est un véritable coup de coeur pour moi. Le sujet traité, l’est de façon sensible et très réaliste, l’émotion est au rendez-vous et on ne peut qu’être touché par ses personnages matures et attachants, par leurs personnalités et leurs histoires. C’est beau, c’est poétique et on ne peut que succomber à cette histoire aussi engageante que poignante. 
Je vous recommande ce titre à 1000%.

Ce livre vous intèresse? Cliquez ici.